Solar-Paint et la préoccupation climatique

Climat : sans actions fortes, vers un enfer de canicules en Occitanie

La crise sanitaire de la Covid-19 concentre toute notre attention, mais la crise climatique n’en reste pas moins une menace tout aussi importante pour l’humanité.

La dernière étude conduite par Météo-France intitulée « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS 2020 pour la métropole » rappelle l’urgence d’agir avec des données qui montre combien la France et plus particulièrement le Sud – donc l’Occitanie – est menacée par la hausse des températures.

Si rien n’est fait rapidement pour limiter les émissions de gaz à effet de serre, notre pays sera face à un fort réchauffement climatique, avec son cortège de canicules et de sécheresses.
Le pire scénario étudié par les chercheurs place la France métropolitaine sur une trajectoire de +3,9 degrés par rapport à la température moyenne de la période de référence 1976-2005.

« Accélération sans précédent du changement climatique »
« Toutes les observations recueillies à l’échelle planétaire confirment à présent une accélération sans précédent du changement climatique et les conséquences de ce dérèglement se multiplient : vague de chaleur et incendies en Sibérie, fonte de la banquise en Arctique, sécheresses, canicules et record de températures sur tous les continents, évènements extrêmes tels que cyclones ou pluies intenses », explique Virginie Schwarz, PDG de Météo-France. « La France n’est pas épargnée, et il a été montré que les vagues de chaleur de l’été 2019 qui ont provoqué des températures inédites de 46 °C dans le sud de la France et voisine de 43 °C sur la région parisienne étaient une conséquence directe du changement climatique. ».

À partir de modélisations effectuées pour l’Onu, les chercheurs ont réalisé des projections selon trois scénarios des experts du Giec : émissions de gaz à effet de serre maîtrisées, modérées ou non-réduites, et à trois horizons de temps (2050, 2070 et 2100).

Les records de températures de 2019 pourraient être dépassés
Le jeu de données – mises en ligne sur www.drias-climat.fr – permet de mesurer les phénomènes extrêmes qui nous attendent en termes de hausse des températures, de jours consécutifs de vagues de chaleurs, de nuits tropicales en hausse, de précipitation en baisse dans le Sud du pays, de sécheresses mais aussi de phénomènes de pluies intenses.

Les records absolus de températures enregistrés lors de la canicule de l’été 2019 – avec 46 degrés dans le sud de la France – pourraient être souvent dépassés, avec une augmentation des températures estivales moyennes de 6 degrés.

Dans le pire scénario, les épisodes caniculaires seraient ainsi multipliés par 10… Le nombre de jours de vagues de chaleur (plus de 5 jours consécutifs à plus de 5° au-dessus de la moyenne) pourrait doubler. Seules les zones de montagne et le littoral de la Manche seraient épargnés par les nuits tropicales qui atteindraient 90 jours dans les zones les plus exposées. Les épisodes de sécheresse augmentent de 30 à 50 % dans les scénarios moyen et haut. La neige et le gel en hiver pourraient devenir des souvenirs.

L’étude de Météo-France fait frémir mais, comme un thermomètre, elle reste un outil pour conduire les politiques de changement préparer l’adaptation de tous face à cette nouvelle donne climatique.

Philippe Rioux
Article La Dépêche du Midi du 03/02/2021

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn